banière - navigation
Artistes de la galerie
 
Zbigniew Wieckowski

Né le 3 août 1939 à Debina en Lituanie, aux confins de la Pologne d'avant-guerre, il est aujourd'hui français par naturalisation depuis 1981. A l'Académie des Beaux-Arts à Cracovie, il étudie, de 1958 à 1964, la peinture avec le Professeur Waclaw Taranczewski et la scénographie avec les Professeurs Andrzej Stopka et Jozef Szajna et obtient une Maîtrise d'Histoire de l'Art et de Scénographie.

C'est le théâtre qui l'a fait débuter dans son parcours artistique; d'abord en Pologne, où il a réalisé des projets de décors et de costumes pour de 50 pièces dans différents théâtre puis à partir de 1973, il poursuit son activité d'artiste peintre et scénographe-costumier en France, en Suisse, aux Etats-Unis, au Brésil... alternant création picturale et collaboration théâtrale.

 

LE POETE DE  LA LUMIERE  ET DE LA COULEUR

 

Zbigniew Wieckowski a établi sa pratique picturale et formé ses idées sur l’art, dans le cercle des professeurs de l’Académie des Beaux Arts de Cracovie. Les traditions du Comité de Paris (appelé par les polonais « K.P. » ou les kapistes) y étaient encore vivaces. Ce groupe d’artistes polonais installés à Paris dans les années vingt pour y continuer leurs études, côtoyaient Bonnard, Matisse, Soutine ; Les plus remarquables d’entre eux E. Eibiche, J. Cybis, P. Potworowski sont devenus, après la guerre, professeurs des écoles supérieures de l’art en Pologne. Wacław Taranczewski – professeur de Wieckowski – a subi également l’influence de l’art français.

Dans les années soixante, quand Zbigniew Wieckowski débutera comme peintre, les traditions de l’école de Paris étaient toujours maintenues ; La peinture abstraite existait encore. Les deux courants résistaient au réalisme socialiste. Ils s’opposaient par un art qui prenait sa source dans le post- impressionnisme. Wieckowski continue à puiser dans ces deux inspirations de l’art polonais et cherche en même temps sa propre voie dans l’ombre de ces deux grands créateurs des temps modernes que sont Soutine et Czapski.
Wieckowski est à l’aise aussi bien dans l’art figuratif que dans l’abstrait pour exprimer ses émotions et sa propre vision du monde. Il voit l’homme perdu dans l’immensité cosmique face au mystère de l’univers et les ténèbres de l’âme.

Les critiques d’art remarquent dans sa peinture abstraite la sensibilité à la couleur, l’élégance du trait, le dynamisme de la forme. On est soumis au mouvement dramatique, on admire une musicalité rythmée et l’élan vers l’espace.

Les qualités du peintre se joignent au talent du scénographe ; Wieckowski est en effet l’auteur de plusieurs dizaines de remarquables projets crées pour les théâtres de France, de Pologne et du Brésil.

Dans l’œuvre de Wieckowski, il n’y a pas d’opposition entre la peinture abstraite, définie comme l’expressionnisme teinté de surréalisme et la peinture figurative. Il donne toujours  la priorité à la matière, à la couleur, aux lignes finement tracées.
L’artiste réside en France depuis 1973 ; Son séjour a provoqué une magnifique éclosion de son paysagisme. Il découvre la Côte d’Azur, la Normandie verdoyante, le Massif Central, Paris. Plus tard viennent la Grèce et le Brésil. De tous ces voyages, la découverte du Brésil est particulièrement importante.

Originaire des plaines monotones, il se retrouve plongé dans une végétation humide et luxuriante. Il est ébloui par les cataractes Iguaçu, par la force et l’abondance des pluies d’été, par les contrastes des couleurs et des lumières qu’il n’avait encore jamais vues, le ciel orangé et brûlant tranchant avec le bleu profond et le rouge des terres, le tout  se mêlant dans un tourbillon.
Son œuvre n’a rien de commun avec l’image classique d’une nature adoucie. Wieckowski comme jadis les Romantiques choisit la nature aux éléments déchaînés. Ses tableaux dynamiques et puissants se rapprochent par moment des cantates, de symphonies pathétiques, des nocturnes lyriques. Traduits en langage musical, les tableaux de Wieckowski deviendraient un concerto de Villa – Lobos, compositeur si proche du peintre, ébloui par le ciel brésilien, par les couleurs et les bruits des tropiques.

Les tableaux peints au Brésil et dans le sud de l’Europe expriment l’enchantement de la beauté du monde et la sensation mystique, panthéiste d’une puissance omniprésente.

C’est par la couleur que Wieckowski exprime le mystère, la beauté et la puissance de la nature. Il est poète de la couleur avant tout. Il domine toutes les techniques de la peinture : pastel, aquarelle, gouache, huile. L’émanation d’une lumière extraordinaire est probablement un secret essentiel de son art.

Dans une de ses interviews, Zbigniew Wieckowski a dit : Dans mes tableaux il n’y a pas de source de lumière extérieure. La couleur elle – même est imprégnée de lumière, elle éclaire la toile par son apposition avec les autres couleurs.
Est-ce que ces tableaux signifient quelque chose ? Ils expriment le rythme biologique de la vie par un geste instinctif de la main.
Ses tableaux comme ceux de Czapski et de Potworowski, deux des meilleurs paysagistes polonais de notre époque, ne sont plus le produit de spéculations intellectuelles ou esthétiques mais les notes fidèles prises en  langue picturale. Wieckowski, ce remarquable poète de la couleur et de la lumière occupe déjà une place incontestable dans la peinture contemporaine polonaise et française.
Au moment où paraît cet album, Wieckowski est au sommet de ses forces créatrices. Ses derniers travaux fuient la grisaille de la vie et vont vers l’harmonie avec la nature.

Tous ses amis, Anny-Claude, l’amie de tous les jours, Zelia et Jorge Amado, la tendresse et al sagesse, les directeurs des Théâtre polonais, français et brésilien, Dolino et Evandro, ses frères cariocas, ont posé sur la palette du peintre, les tons de l’amour.

Waldemar Blonski


 

           

 














Galerie Art Montparnasse - 2 bis rue Raymond Losserand - 75014 Paris - Métro Gaité - Ouvert du mardi au samedi  de 11h à 19h30